La théorie du boom

Matériaux associés

Detroit, berceau du mode de production fordiste et symbole de son effondrement. Detroit, creuset de la musique noire américaine : pas seulement les tubes soul de la Motown, mais aussi la techno bricolée au tournant des années 1980-90. En retraçant le passé d’une ville où résonnent à la fois les chaînes de production automobiles et les émeutes de 1967, cet article cherche à comprendre l’expérience sociale qui anime cette musique, en proposant une analyse esthétique à rebours de la critique de l’industrie culturelle. Loin de se réduire à un instrument d’intégration de masses dans un monde harmonieux dominé par le battement automatique de la machine, la techno laisse entendre un tout autre récit : celui de la déconstruction sonore du mythe fordiste.


Cet article n’est pas encore en accès libre. Pour le lire, on peut acheter ce numéro de la revue en libraire ou le commander en ligne.
stoff

La version mobile du site est en cours de construction.